Les soins chirurgicauxProthèse conjointe

Conseils pour garder de belles dentsLe bruxismeLe fluorLes soins dentaires à l’étrangerVisite de contrôle

ImplantsLes dents de sagesseLes extractions dentairesTraitement du kyste

Dévitalisation et couronneLa carieLa carie 2La Carie avancéeLa dentisterie restauratriceLa pulpiteLe kysteLes soins bucco-dentairesRadiologie

L'édentation unitaireLa couronne sur dent vivanteLa prothèse conjointeLe bridgeLes Inlays-Onlays

Edentation totaleL'édentation multipleLa prothèse adjointe complèteLa prothèse adjointe partielleProthèse amovible partielleProthèse totale sur implants

Le dépistage orthodontique

A quel âge bébé a sa première dent ?Le traitement prothétiqueLes dépassements d’honorairesLes différences de tarifs

Cabinet dentaire mode d'emploiDomaine d'exercice du chirurgien-dentisteFréquence des consultationsLa ConsultationLa formation du chirurgien-dentisteLa relation avec le patientLa sécuritéLe cabinet : lieu de soins et cosmétiqueMédecin traitant et franchisePrendre en charge la douleur et l'anxiétéStatut du chirurgien-dentiste

L'évolution dentaire de l'enfantLa dentLa dentureLes dents de lait

Edentation totale
Vous avez perdu la totalité de vos dents, soit au maxillaire (en haut) soit à la mandibule (en bas) soit sur les deux arcades. La solution traditionnelle du dentier n'est guère satisfaisante.

Les dents tiennent grâce à leur racine. Quand une dent manque, il est classique de s'appuyer sur sa racine pour la reconstituer (couronne, prothèse).

Quand la partie visible de la dent manque, on peut alors s'appuyer sur les dents ou les racines d'à côté pour reconstituer la dent absente (bridge).


Quand toutes les racines sont absentes, il est alors impossible de trouver un appui pour faire tenir les prothèses classiques. Il est traditionnel de concevoir une prothèse totale adjointe, encore appelée "dentier". Si son esthétique est parfois satisfaisante, il est peu probable que son confort soit agréable, voire supportable.


Même s'il est esthétique, le traditionnel dentier suppose de réduire le confort (goûter, embrasser...) et la fonction (mâcher, croquer, mordre...)