La prothèse conjointe
 - Bridge

Lorsqu'il n'est pas possible de conserver une dent trop délabrée, celle ci doit être extraite. Pour son remplacement afin de préserver un bon équilibre dentaire et une bonne efficacité de mastication, il faut recourir à la technique du bridge qui consiste à prendre appui sur les deux dents voisines bordant l'édentation. Les implants dentaires peuvent constituer un alternative.

Le bridge comporte plusieurs éléments, les ponts remplaçant les dents absentes en prenant appui sur les dents naturelles restantes ou implants.

On appelle piliers, les dents qui supportent le bridge, les éléments intermédiaires étant la travée du bridge franchissant l'espace édenté et remplaçant les dents absentes.

Tous les types correspondant aux couronnes unitaires sont valables pour les bridges.

Bridge collé

La dent manquante est maintenue par collage sur la face non visible des dents contigües.

Attachements

Lorsque l'on désire supprimer l'emploi de crochets disgracieux lors de la réalisation de prothèse conjointe couplée à une prothèse adjointe, on utilise un ou plusieurs attachements. Cet attachement sert d'ancrage à la prothèse mobile, il est inclus à la prothèse conjointe. De nombreux types d'attachement sont disponibles en fonction des cas, un attachement ressemble à un bouton pression.


Edentation totale
Vous avez perdu la totalité de vos dents, soit au maxillaire (en haut) soit à la mandibule (en bas) soit sur les deux arcades. La solution traditionnelle du dentier n'est guère satisfaisante.

Les dents tiennent grâce à leur racine. Quand une dent manque, il est classique de s'appuyer sur sa racine pour la reconstituer (couronne, prothèse).

Quand la partie visible de la dent manque, on peut alors s'appuyer sur les dents ou les racines d'à côté pour reconstituer la dent absente (bridge).


Quand toutes les racines sont absentes, il est alors impossible de trouver un appui pour faire tenir les prothèses classiques. Il est traditionnel de concevoir une prothèse totale adjointe, encore appelée "dentier". Si son esthétique est parfois satisfaisante, il est peu probable que son confort soit agréable, voire supportable.


Même s'il est esthétique, le traditionnel dentier suppose de réduire le confort (goûter, embrasser...) et la fonction (mâcher, croquer, mordre...)